20 juin – Quand je serai dictateur

Film de Yaël André de 2013 – 90 minutes – 20h30
CREATION – 1ère représentation de ce ciné-concert

La particularité de ce documentaire-fiction est qu’il est construit à partir de centaines de bobines amateurs 8 mm et Super 8 des années 40 à aujourd’hui. Yaël André signe d’éblouissantes variations sur le deuil, le temps qui passe, le cinéma et les vies qu’il permet d’inventer. C’est le projet d’une « non-autobiographie » : et si, à l’autre bout de l’univers, naissaient à chaque seconde d’autres mondes contenant d’autres possibilités de nos vies ? Quelles seraient alors toutes ces vies que je n’ai pas vécues ? Aventurière, psychopathe, mère exemplaire, chef comptable, homme invisible ?

Sur ce prétexte fictionnel – qui fonctionne en autant de chapitres que de mondes parallèles –, le film adresse un éblouissant hommage à un ami (Georges) qui, devenu fou, s’est suicidé, en tissant le récit de son deuil avec des extraits de ces films, au fil d’une voix off qui serait dite par Laurence Vielle en direct.

Laurence Vielle est née à Bruxelles en 1968, elle y vit toujours. Comédienne et auteure, elle aime dire les mots, surtout les écritures d’aujourd’hui. Elle récolte les paroles dites par les autres, elle les retranscrit minutieusement pour en faire des spectacles qui donnent à entendre la parole de ceux qui passent, anonymes – tentatives de créer du lien.

Les musiciens, quant à eux, écriront une musique spécialement pour le film, au service des images et de la narratrice.

Distribution
Laurence Vielle, voix
Philippe Poisse, piano
Jacky Lignon, accordéon
Michaël Santos, percussions

Une production de Scènes Occupations